LA RECHERCHE

 

La recherche

Mu.ZEE possède une partie importante de l'œuvre de Constant Permeke. Deux cents œuvres, peintures, presque toute l'œuvre sculpturale et un nombre considérable de grands dessins sont répartis entre Mu.ZEE à Ostende et l'ancienne maison et l'atelier de l'artiste à Jabbeke.

Constant Permeke (1886-1952) peut être considéré comme l'un des grands représentants de l'expressionnisme flamand et est une figure importante de l'histoire de l'art belge.

Son autoportrait de 1928-1936 avait un besoin urgent de restauration: la couche de peinture s'est détachée, provoquant la montée de gros blocs de peinture et le détachement de morceaux de peinture. Avant de restaurer l'œuvre, il n'était pas sans importance de rechercher la cause de la libération de la couche de peinture. Les chercheurs se sont également demandé si le tableau avait toujours été si sombre.

Une enquête a été lancée en 2013 avec le soutien du Fonds InBev-Baillet Latour et en collaboration avec la Fondation Roi Baudouin. En plus de l'autoportrait, 12 autres peintures de Permeke avec une couche de peinture sombre comparable de la même période (1920-1940) ont été examinées. De petits échantillons ont été prélevés dans tous ces ouvrages et les pigments et liants utilisés ont été analysés à l'aide de différentes techniques.

Le résultat de la recherche peut maintenant être vu à Permeke en couches, une présentation de collection, qui peut d'abord être vue à Mu.ZEE à Ostende puis au Musée Permeke à Jabbeke. De tels projets permettent de mieux comprendre le fonctionnement d'un artiste comme Permeke.

Permeke tout en nuances

Le Mu.ZEE d’Ostende héberge une part importante de l’oeuvre de Constant Permeke. On peut y admirer, ainsi que dans son ancienne maison de Jabbeke, jadis aussi son atelier, quelque 200 réalisations et tableaux, près de l’ensemble de ses sculptures et de nombreux grands dessins.

Constant Permeke (1886-1952) peut être considéré comme l’une des figures de proue de l’expressionnisme flamand et est un personnage clé de l’histoire de l’art belge. Son Autoportrait de 1928-1936 avait grand besoin d’être restauré: la peinture s’écaillait et s’enroulait sur de grandes surfaces, faisant tomber des morceaux de peinture. Avant d’entamer les travaux de restauration, il importait de déterminer la cause de cette dégradation. Les chercheurs ont également tenté de déterminer si la toile avait toujours été aussi sombre.

En 2013, avec le soutien du Fonds InBev- Baillet Latour et en collaboration avec la Fondation Roi Baudouin il a été possible d’étudier non seulement l’Autoportrait, mais aussi 12 autres peintures de Permeke issues de la même période (1920-1940) et présentant toutes des teintes aussi sombres.De petits échantillons y ont été prélevés et les pigments et liants utilisés ont été analysés à l’aide de différentes techniques.

Le résultat fait à présent l’objet de l’exposition Permeke tout en nuances, une collection qui posera en premier lieu ses valises au Mu.ZEE d’Ostende, et que l’on pourra ensuite contempler au musée Permeke à Jabbeke. De tels projets nous permettent aujourd’hui de mieux comprendre les méthodes utilisées par les artistes comme Permeke.

Met de steun van het Fonds InBev-Baillet Latour en in samenwerking met de Koning Boudewijnstichting werd in 2013 een onderzoek opgestart. Naast het Zelfportret werden nog 12 andere schilderijen van Permeke met een vergelijkbare donkere verflaag uit dezelfde periode (1920-1940) onderzocht. Van al deze werken zijn kleine monsters genomen en met verschillende technieken werden de gebruikte pigmenten en bindmiddelen geanalyseerd.